IV - Deuxièmes expériences : Test de l'odorat

a) Protocole

Test : Faire manger de la pomme :

- Le nez bouché puis débouché

- Avec du thé à la pêche sous le nez puis sans thé

Questions :

(1) Est ce que l’aliment semble avoir un goût différent selon les tests ?

(2) Plus prononcé ? Moins prononcé ?

(3) Est ce que le goût «normal» revient une fois le nez débouché ou l'odeur enlevée?

Nous cherchons ici à montrer que l'odorat influence l'intensité du goût d'un aliment, la manière dont on va ainsi l'apprécier.

 

b) Diagramme circulaire

Nez bouché :

Nez avec une odeur :

 

 

c) Observation des chiffres

Nez bouché

On constate que la grande majorité des personnes ayant effectués les tests (95%) trouvent qu'ils ont un goût moins prononcé lorsqu'ils ont le nez bouché. Seulement 5% trouvent que leur goût est identique avec ou sans le nez bouché. En revanche, personne ne trouve que le goût est plus prononcé avec le nez bouché.

On constate également que la totalité des personnes, qui trouvent que le goût est moins prononcé avec le nez bouché, retrouvent toute l'intensité du goût de la pomme dès qu'elles se débouchent le nez.

Nez avec une odeur

On constate que les trois quart des personnes ayant effectué les tests trouvent qu'elles ont un goût moins prononcé avec une odeur sous le nez que sans odeur. Un quart des personnes trouvent que leur goût est identique avec ou sans odeur sous le nez. Comme pour le premier test, personne ne trouve le goût plus prononcé avec l'odeur sous le nez.

On constate que pour 34 % des volontaires le goût ne revient pas une fois l'odeur sous le nez retirée.

Ces deux tests nous montrent donc que l'odorat  peut être atténué ou perturbé par une diminution de ce sens ou par une autre odeur que celle de la nourriture que nous consommons. L'intensité du goût s'en trouve alors diminuée. Cette impression peut persister quelques instants dans le cas d'une autre odeur, et nous empêcher de retrouver instantanément pleinement le goût de l'aliment.

d) Observation des réactions

Nous demandons tout d'abord de commencer à manger la pomme avec le nez bouché puis de terminer avec le nez débouché.

Un grand nombre de personnes paraissent perturbées lors du premier test car le goût de la pomme leur semblent modifié. Il est, pour la plupart, moins prononcé, et pour certains moins acide. Ensuite, lorsqu'ils se débouchent le nez, le goût normal de la pomme, plus fort, revient très rapidement, comme une "explosion de saveur", selon les termes de certains volontaires.

Ensuite, avec l'odeur, la majorité des personnes ont le goût altéré. Certains affirment avoir le goût du thé, d'autres n'ont quasiment plus de goût. Ensuite, lorsqu'on leur retire l'odeur sous le nez, un phénomène inhabituel se produit : le goût ne revient pas ou alors tardivement pour un grand nombre de personnes.

Les réactions des volontaires corroborent avec nos déductions des résultats. De plus, elles nous permettent d'apprendre qu'une odeur, telle que celle du thé, peut suggérer un goût différent de celui de l'aliment mangé.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site