II - Premières expériences

        Nous avons mis au point ces expériences au début des TPE, et nous avons constaté après leurs réalisations qu'elles n'étaient pas correctes et ne répondaient pas vraiment à notre problématique. Elles nous ont néanmoins permis de comprendre notre erreur et de nous réorienter vers de nouvelles expériences. Le troisième test a cependant, lui, été concluant.

1) Protocole

a) Test vue

Test 1 : Absence de la vue : Le volontaire mange du pain les yeux bandés.

Test 2 : Modification de l'aspect visuel : Le volontaire boit du lait coloré.

Test 3 : Test témoin (vision normale) : Le volontaire mange du pain et boit du lait non coloré.

b) Test odorat

Test 1 : Absence de l'odorat : Le volontaire boit du jus d’ananas avec le nez bouché.

Test 2 : Modification de l'odorat : Le volontaire mange un morceau de banane avec un sachet de thé à la pêche sous le nez.

Test 3 : Test témoin (odorat normal) : Le volontaire boit du jus d'ananas et mange un morceau de banane.

=> Nous voulions prouver avec ces deux tests que lorsque notre vision ou notre odorat est perturbé, nous n'arrivons pas à reconnaître un aliment pourtant familier.

c) Test vue et odorat

Prendre trois bonbons identiques et leur donner trois couleurs différentes : rouge (pour imiter la fraise), orange (pour imiter l'orange) et bleu (pour imiter le multi-fruit). Ainsi, la personne interrogée pensera qu’il s'agit de trois bonbons aux goûts différents. La question sera la même à chaque test : Quel bonbon vous attire le plus?

Test 1 : Répondre juste en regardant les bonbons.

Test 2 : Juste en les sentant.

Test 3 : En les goûtant.

Avec ce test, nous cherchions à montrer que la vision d'un aliment nous incite à imaginer son goût. Nous voulions aussi montrer que la vue nous pousse à penser que le bonbon possédant la plus belle couleur est celui que nous trouvons meilleur, autant au niveau du goût que de l'odeur, alors qu'il ne présente en réalité aucune différence avec les autres ; la vue augmenterait donc le plaisir que nous avons à déguster un aliment si son aspect nous plaît.

 

Nous avons consigné les résultats pour chaque personne des trois tests dans une grille :

 

Test de la vue

Test de l'odorat

Test de la vue + odorat

Test 1

[_] La personne a reconnu l’aliment

[_] La personne n'a pas reconnu l’aliment

Hésitations : [_] Oui

[_] Non

[_] La personne a reconnu l’aliment

[_] La personne n'a pas reconnu l’aliment

Hésitations : [_] Oui

[_] Non

Vue : [_] Bonbon bleu

[_] Bonbon rouge

[_] Bonbon jaune

 

Test 2

[_] La personne a reconnu l’aliment

[_] La personne n'a pas reconnu l’aliment

Hésitations : [_] Oui

[_] Non

[_] La personne a reconnu l’aliment

[_] La personne n'a pas reconnu l’aliment

Hésitations : [_] Oui

[_] Non

Odorat : [_] Bonbon bleu

[_] Bonbon rouge

[_] Bonbon jaune

 

Test 3

[_] La personne a reconnu l’aliment

[_] La personne n'a pas reconnu l’aliment

Hésitations : [_] Oui

[_] Non

[_] La personne a reconnu l’aliment

[_] La personne n'a pas reconnu l’aliment

Hésitations : [_] Oui

[_] Non

Goût : [_] Bonbon bleu

[_] Bonbon rouge

[_] Bonbon jaune

 


2) Observation des résultats

        Nous avons effectué nos tests sur une vingtaine de personnes, ce qui était un nombre très faible pour en tirer des conclusions. Nous nous sommes également très vite aperçues que les résultats obtenus ne correspondaient absolument pas avec ceux auxquels nous nous attendions. En effet, aux tests de la vue et de l'odorat, nous avons été déstabilisées par le fait que la plupart des personnes reconnaissaient immédiatement le liquide ou l'aliment.

       Nous avons ensuite compris notre erreur : nous leur demandions uniquement de reconnaître l'aliment, allant ainsi trop loin. Les volontaires pouvaient en effet avoir plus de mal à reconnaître l'aliment, ou être rebutées par son aspect, mais jamais être incapable de deviner de quoi il s'agissait. Nous ne posions pas les bonnes questions, cherchant à voir si la vue et l'odorat pouvaient supprimer le goût au lieu de regarder en quoi ils pouvaient l'influencer.

       Ces expériences nous ont donc permis de nous recentrer sur notre problématique en mettant au point de nouvelles expériences pour y apporter une réponse précise.

 

      En ce qui concerne le test de la vue et de l'odorat, nous avons constaté que dans la majorité des cas, la personne interrogée choisissait le même bonbon à chaque fois, preuve qu'elle était influencée par l'aspect visuel du bonbon. Beaucoup de volontaires trouvaient même que certains bonbons avaient une odeur en rapport avec leur couleur, ce qui était en réalité faux. Ce test nous a donc prouvé que la vue nous influence dans le choix que nous faisons des aliments. Il ne nous a cependant rien appris sur l'influence de l'odorat, alors que nous comptions la montrer. Nous avons donc décidé de modifier ce test de manière à mettre en évidence l'influence de la vue ET de l'odorat sur le goût.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site